Aéronavale

Un atelier de Jacques Raymond*, Michel Junac, Jacques Landureau et Jean-Pierre Rabine.

* Jacques Raymond est Capitaine de Frégate, ancien Pilote de chasse de l'aéronavale,
Officier d'appontage et ancien directeur de l'Ecole d'appontage de l'aéronavale...

Cliquez sur ce lien pour télécharger une version pdf de ce fichier...

Pour en arriver à ce stade sous FSX, vous devez procéder à l’installation :

  • du porte-avions Charles de Gaulle,
  • du Fouga Magister Zéphyr (version aéronavale),
  • de la scène d’Hyères qui possède une piste avec des brins d’arrêt pour vous entraîner à l’appontage,
  • d’arrestocâbles, petit logiciel gratuit à lancer après l’ouverture de FS.

Il vous faudra ensuite beaucoup de patience et de doigté pour arriver à effectuer un circuit d’approche correct pour vous positionner juste devant la piste d’appontage !

Cliquez sur ce lien pour accéder à la page sur l’installation de ces différents éléments ou sur celui-ci pour charger le fichier pdf consacré à l’installation de ces différents add-ons.

Vous trouverez deux tutoriels sur les appontages et catapultage sur le site de la Royale French Navy. Voir à l'adresse
http://royalefrenchnavy.perso.sfr.fr/RFN-Creations.htm.
Allez en bas de page, rubrique « Divers » pour télécharger ces tutoriels appontage.

La prise en mains du Fouga Magister Zéphyr est à effectuer à partir de n’importe quel aérodrome…  Nous vous conseillons la base aéronavale d’Hyères qui est équipée pour l’entraînement à l’appontage.
Avant de décoller, lisez également le mode d’emploi du Fouga Zéphyr… Vous disposez d’un fichier pdf en français dans le répertoire FougaZephyrDocumentation du répertoire SimObjects/Airplanes de votre FSX.

C’est lu ?
Maintenant décollez mais avant d’aller essayer d’apponter, il vous faudra tout d’abord effectuer quelques exercices… En premier lieu, il faut apprendre à bien trimer votre appareil de telle manière qu’en lâchant le manche, il reste stable en vol… Faites des essais !

Cap pleine mer, fixez l’horizon et réglez le trim de l’avion pour qu’il ne change plus de niveau… Appuyez successivement sur les touches 1 et 7 du clavier numérique pour faire ce réglage et observez le variomètre… Voilà vous y êtes presque…

Une fois l’appareil bien trimé, vous devez apprendre à utiliser l’indicateur d’incidence ou « BIP »…

Qu’est-ce que le BIP (initiales de ses inventeurs, Badin Idrac, Perineau) ?         

C’est un système visuel d’indication de la vitesse de l’avion.
Dans la mesure où le pilote ne peut pas regarder le badin et en même temps contrôler son approche, ce système visuel a été mis en place pour l’aider à maîtriser sa vitesse d’approche et d’appontage.
C’est donc un indicateur d’incidence, constitué d’une boite à 3 voyants :
rouge = incidence forte (la vitesse est trop lente, attention au décrochage !)
vert = incidence optimale mais attention, on ne sait pas si on est du côté du rouge (décrochage) ou de l’ambre
ambre = incidence faible (la vitesse est trop rapide).

Comme les lampes du BIP peuvent s'allumer seules ou deux par deux dans les plages de recoupement d’incidence : (rouge + vert) ou (vert + ambre), la vitesse idéale est donc celle qui correspond à un allumage des deux lampes vert et ambre (entre 94 et 96 nœuds).

Attention, il s’agit ici des données correspondantes au Fouga Magister Zéphyr 175…
Si vous prenez un autre avion de l’aéronavale, vous devrez regarder ses caractéristiques pour vous fier à l’allumage du BIP… Tous les avions n’ont pas la même vitesse d’appontage !
Pour connaître toutes les vitesses en fonction de l’avion piloté, regardez le document pdf de Michel Panattoni et Joël Lubin pour les vitesses de l’Etendard IVM, du Crusader F8E-FN et du Breguet 1050 Alizé. Vous avez les liens de téléchargement de ces documents en début de ce tutoriel.

Baissez le niveau du régime moteur et observez votre vitesse… Attention à ne pas aller trop longtemps dans le rouge sinon c’est le décrochage assuré ! Essayez de maintenir 17000 tours/min.

Vous devez donc apprendre à faire voler votre appareil à basse vitesse vers 17000 tours moteurs et avoir sur le BIP un affichage clignotant vert-orange qui vous indique une bonne vitesse d’approche (moins de 100 nœuds) avec toute la ferraille sortie (volets et train).

Il faut vraiment s’entraîner à maintenir une bonne vitesse d’approche…
Restez dans le vert et si possible en même temps dans l’ambre…

Faites attention de ne pas aller dans le rouge en dessous de 88 nœuds car vous approcheriez de la vitesse de décrochage et sur le Fouga, cela ne pardonne pas !
Répétez cet exercice avec toute la ferraille dehors (volets et train sortis)…

Quand vous serez habitué à maintenir ces conditions d’approche alors seulement vous pourrez envisager d’aller voir de plus près le porte-avions Charles de Gaulle….
Mais pas question d’apponter pour le moment !

A noter, juste au-dessus du BIP, un voyant vert…
Allumé, il vous indique que le train est sorti et verrouillé.

Pour mon Fouga Zéphyr Solo , ce voyant ne fonctionne pas !

 

Le circuit d’approche :

Quand vous aurez appris à maîtriser votre vitesse d’approche, vous allez vous entraîner au circuit d’approche. En effet, sachez que l’on ne se positionne pas directement dans l’axe de la piste !

Pour faciliter votre circuit d'approche et votre appontage, il faut régler quelques paramètres météo… Allez dans le menu environnement de FSX puis Météo.

Cliquez sur le bouton « Personnaliser ».
Cliquez maintenant sur « Météo avancée… »

Mettez 27 nœuds de vent dans le 358°.

Cliquez sur OK.

Le circuit d’approche est caractéristique de votre avion !
Pour un autre type d’avion de l’aéronavale il faudra parcourir les tutoriels d’appontage de Michel Panattoni et Joël Lubin pour en avoir les caractéristiques…

Pour vous entraîner à faire ce circuit d’approche, il faut d’abord rejoindre les environs du porte-avions Charles de Gaulle. Pour ce faire, vous allez régler les radiobalises mises à votre disposition.

Dans votre cockpit, cliquez sur l’icône du panneau de radionavigation (c’est l’avant dernier en bas à droite). Cela permet d’ouvrir le panneau des radios.

Quand vous cliquez sur l’icône en forme d’échelle, vous obtenez cet écran avec à droite tous les instruments de réglage.

Du haut en bas, vous avez :

  • le réglage de la fréquence des communications.
  • le réglage de la fréquence du VOR
  • le réglage de la fréquence TACAN
  • le réglage de la fréquence ADF
  • le réglage IFF/SIF (je ne sais pas à quoi cela correspond…)

Pour atteindre le porte-avions Charles De Gaulle,
vous disposez de la fréquence VOR 114,25 et de la fréquence ADF 619.

A vous de régler ces fréquences…

Pour le VOR c’est simple, vous avez deux boutons, à gauche et à droite pour changer la fréquence qui s’affiche au centre. Voilà le réglage est fait. Le voyant jaune indique c’est en marche.

Pour la fréquence ADF, il faut d’abord se placer dans la bonne gamme de fréquences…

Ici, on balaye la gamme 410-200… ce n’est pas la bonne.

Cliquez sur le gros bouton situé en dessous pour en changer…

Vous êtes maintenant dans la gamme 410-850… c’est bon.

A droite de l’affichage de cette gamme, vous disposez d’une petite manivelle, tournez là (cliquez sur +) pour changer de fréquence jusqu’à atteindre 619.

En haut du cadran d’affichage et à gauche, vous avez un petit bouton d’affichage.

Cliquez dessus pour faire apparaître la fréquence que vous venez de sélectionner…

Vous voyez 619 apparaître en jaune en bas de l’écran…

Voilà, les réglages radios sont terminés.

Vous pouvez fermer ce panneau des radios en cliquant sur la croix X.

Revenons dans le cockpit.

Vous voyez le petit icone en bas à gauche ? Il est noté IFR…

Cliquez dessus pour voir tous les instruments de votre tableau de bord…

Vous voyez les trois instruments de radionavigation à surveiller pour votre approche…

 

En haut l’ADF, vous l’avez réglé sur 619, fréquence du NDB du CDG…

Vous pointez bien dans la bonne direction.

 

 

 

Au milieu, le VOR, 114,25… vous êtes bien aligné dessus.

 

En bas, 001… vous êtes à 1 mile nautique du porte-avions…

Si vous regardez maintenant les icônes, vous pouvez voir que l’icône IFR a été remplacé par VFR… Cliquez dessus, vous allez changer la vue du cockpit.

Et bien voilà, vous y êtes maintenant… Les instruments de radionavigation indiquaient bien que le porte-avions était devant vous !

Regardez encore les icônes, il y a en bas à droite une représentation avec deux flèches…

Cliquez dessus et vous aurez un tableau de bord minimalisé pour mieux surveiller votre approche…

Voilà, maintenant vous avez toute la visibilité nécessaire pour approfondir votre circuit approche.

Un conseil : si vous arrivez à vous positionnez tel que sur l’image ci-contre, mettez FSX en pause (touche P) et sauvegardez votre vol en cliquant sur le premier menu de FSX, Vols puis Sauvegarder… etc.

Vous pourrez ainsi reprendre votre entraînement dans les mêmes conditions quelques soient les résultats de votre essai précédent… et vous allez le voir, il va falloir faire quelques essais d’appontage avant d’en réussir un !

 

Revenons au circuit d’approche…

 

Vous devrez respecter des procédures bien précises…

 

Ainsi votre altitude d’approche sera de 400 ft, avec une vitesse de 150 kts, la verrière fermée mais la crosse d’appontage sortie et pas d’aérofreins. Une fois le château du porte-avions dépassé, comptez « 30 secondes », ou en termes maritimes comptez 1 patate, 2 patates, 3 patates… 30 patates… pour vous éloigner du navire.

30 secondes après l’étrave, break : prendre 45° d’inclinaison pour un virage de 90°…
Puis inclinaison de 25 ou 30° pour revenir dans l’axe au bon écartement (si possible 0,74 nautiques) toujours à 400 ft.
En vent arrière, vitesse inférieure à 140 kts, ouvrir la verrière, sortir le train puis sortir les volets en trois fois, 15, 30 puis 40°.
Point 180, au travers du tableau arrière… Vérifier : verrière ouverte, train sorti, volets 40° et crosse sortie pour apponter…

Pour vous positionner, le sillage est un excellent repère à laisser sur la gauche. En effet, la piste oblique fait un angle de 8 ° avec l’axe passant par l’étrave du porte-avions et par les hélices.

Prendre une inclinaison de 20° pour la prise du miroir… 270 ft.
BIP : vert-ambre pour une vitesse de 100 kts environ.
Masse maximum à l’appontage, 3,1 tonnes, ce qui correspond avec les bidons vides.

La première partie de votre entraînement à ce circuit va se faire SANS LA CROSSE SORTIE !
Il faut vous habituer à faire ce circuit…
Donc dans un premier temps, faites le circuit sans vous poser…

Dans un second temps, refaites ce circuit en vous posant et en remettant systématiquement les gaz.
Vous faites donc des TOUCH and GO.

Enfin, dans un troisième temps, CROSSE SORTIE, essayez d’accrocher un brin…
Si vous n’y arrivez pas, ne vous découragez pas… Vous ferez sans doute de nombreux « bolters » c’est-à-dire des touch and go, après un toucher du pont sans accrochage crosse sortie, hors de la zone des brins ou par rebond de la crosse entre les brins.

 

L'appontage :

 

Verrière ouverte, crosse sortie, volets sortis, train sorti, vous approchez du « groove » cette partie arrondie à l’arrière du bateau…

Vous avez cliqué sur l'icône "arrestorcable" dans votre barre des tâches et lors de votre approche, vous devriez voir passer le message "CABLES D'ARRET PARES" :

Vous êtes bien aligné… surveillez le BIP !
Vous avez 17000 tours minute au compteur, une vitesse de 100 kts, BIP ambre… tout va bien !
BIP vert-ambre, c’est OK.

Tout semble bien se présenter…

On distingue à peine le miroir… mais vous êtes bien aligné.
Vous êtes légèrement décalé à gauche de la piste mais cela devrait aller…

Au touché des roues, n’oubliez pas de remettre plein gaz et conserver plein gaz jusqu’à l’arrêt total de l’avion… Cette procédure vous permettra de redécoller si vous avez raté les brins et donc fait un « bolter ».

Et voilà, un appontage réussi !

Vous pouvez mettre les gaz à zéro pour libérer le brin, rentrer le crochet de queue et aller vous positionner sur la catapulte de droite… Elle est juste devant vous.

 

Le catapultage  :

 

Positionnez-vous bien dans l’axe et arrêtez-vous dès que le déflecteur de jet est relevée.

 Voilà vous y êtes…

Sauvegardez cette position dans le menu de FSX, Vols, puis Sauvegarder… « Catapultage ».

Verrière toujours ouverte...

Cliquez sur l’icône « arrestorcable » dans votre barre des tâches… ou lancez ce programme si cela n’a pas été fait précédemment…

Vous devez maintenant mettre le frein de parking… Cela va armer la catalpute.

Frein non enclenché…       
frein enclenché.

En haut à gauche de votre écran, le message « CATAPULTE ARMEE » doit apparaître quelques instants.
Vous devez maintenant procéder au « surgonflage » de l’amortisseur du train avant.  
  

Vous disposez pour ce faire d’un bouton levier « GONFL AMORT » situé juste à côté du levier du train d’atterrissage.

Le surgonflage consiste à mettre plus de pression dans l’amortisseur avant, ce qui fait monter le nez de l’avion qui sera ainsi à la bonne assiette en sortie de pont.

   

Le voyant vert allumé indique que le surgonflage a été effectué.

Vous pouvez observer que le nez de l’avion est légèrement plus haut.

Vous êtes maintenant prêt pour vous faire catapulter…

Vous pouvez jeter un œil sur l’écran du programme « arrestorcable », la catapulte est bien armée…

Une dernière vérification…

Verrière ouverte.
Surgonflage effectué.
Volets sortis.
Freins mis.

Vous pouvez mettre un affichage plus dégagé pour mieux voir à l’extérieur. Cliquez sur le dernier icône en bas à droite (celui avec les flèches).

Il ne vous reste qu’à obéir à l’officier de lancement pour mettre plein gaz et ensuite il déclenchera la catapulte (en fait sous FSX c’est vous qui ferez cette manœuvre en libérant les freins).

Allez, on met plein gaz.

On libère les freins…

On entend le bruit de la catapulte !

Catapultage effectué !

Vous êtes en vol.
Vous pouvez fermer la verrière.
Vous reprenez le manche et le contrôle des gaz…

 

Bon vol !

Pour informations, sur le porte-avions Charles de Gaulle, les catapultes marchent à la vapeur !
Il faut 800 litres d’eau douce pour un catapultage… ce qui correspond à quelques milliers de litres de vapeur…
Mais au fait, combien de litres de vapeur ?
800 litres d'eau pèsent 800 kilos… Or une mole d’eau pèse 18 grammes,  on a donc 800 000/18 = 14 400 moles d’eau…
Sachant qu’une mole d’eau sous forme de gaz occupe un volume de 22,4 litres, un catapultage correspond donc à 14 400 x 22,4 = 322 560 litres de vapeur ! Sachant qu’il s’agit d’eau douce, le porte-avions possède aussi une usine de désalinisation de l’eau de mer…

A noter que si vous désirez lancer directement FSX avec le Fouga en position de catapultage, vous pouvez sélectionner le porte-avions comme un aéroport…

Vous pouvez vous positionner soit sur la catapulte de droite (1C) soit sur la catapulte de gauche (1L).

Vous savez maintenant tout ce qui est nécessaire pour vous entraîner à devenir un pilote d’aéronavale…
N’oubliez pas de lire les tutoriels sur le site de la Royale French Navy.
Voir le lien http://royalefrenchnavy.perso.sfr.fr/RFN-Creations.htm
Allez en bas de page, rubrique « Divers » pour télécharger ces tutoriels appontage. Bon amusement…

Pour voir sur le net, comment les appontages et catapultages se passent en réalité, regardez ce lien
http://www.aviation-francaise.com/cdg.htm
vous y trouverez la description du travail de chacun sur le pont…